samedi 22 juillet 2017

La richesse et le pouvoir


Quand j'entends nos chers hommes politiques affirmer que la pauvreté est l'ennemi de l'humanité, cela me fait sourire.

Je pense au contraire que c'est la richesse qui est son adversaire. Elle est l'apanage de la cupidité, de la convoitise des hommes. Vous croyez que nous nous battons pour des histoires de religions ou d'idéologies politiques? Mais non! Ce ne sont que des excuses que nous nous donnons. Nous faisons la guerre pour la conquête de territoires. Et si ceux-ci sont fertiles ou ont des ressources naturelles, bref, s'ils sont enclins à produire de la richesse, ô combien les convoitons-nous d'autant plus. 

Et ça, c'est la deuxième raison pourquoi nous nous faisons la guerre. 

La première est le pouvoir et la domination: l'apanage de l'orgueil des hommes. Et qu'est-ce que l'orgueil? C'est moi le meilleur. Et puisque je suis le meilleur c'est moi qui commande aux autres. 
Et ma famille est ce qu'il y a de meilleur: c'est comme ça que l'on a vu se former des dynasties, qu'elles furent issues des noblesses d'épée ou de robe. Ensuite le quartier d'où je viens est le plus formidable. Puis le village ou la ville de mes origines est forcément ce qu'il y a de mieux. Je ne peux m'empêcher un clin d’œil de tous ces supporters de foot qui se battaient les uns contre les autres. Ce n'était parce que leur équipe (dont la majorité ne sont même pas des autochtones) perdait, mais parce que l'équipe symbole de leur chère ville était battue.  
Puis ma région est la meilleure, ensuite mon pays est le plus formidable (avec l'émergence du patriotisme). Mon peuple est forcément le plus génial, ce qui a engendré la xénophobie. Ma culture (et par culture, j'entends non seulement l'aspect artistique, mais aussi le mode de vie avec ses lois et sa constitution ainsi que la manière de raisonner) est forcément la plus vraie. C'est ainsi que les Européens justifiaient leurs conquêtes et leurs empires coloniaux, en allant "civiliser ces sauvages". Ces mêmes Européens qui aujourd'hui se qualifient d'occidentaux et pensent que leurs valeurs sont universelles. 
Bien sûr, s'ils sont comme ça, c'est parce qu'ils ont été les plus forts (et le demeurent encore). Si les autres avaient fait pareil, ils se seraient comportés de la même manière: l'homme est ainsi fait. 
Ma race est évidemment la plus formidable, ce qui a donné naissance au racisme. Enfin, le dieux auquel je crois, la religion que je suis (au sens de suivre) est nécessairement ce qu'il y a de mieux, d'où découle le fanatisme religieux. Mais ce n'est pas une question de religion, seulement d'orgueil. 

La richesse et le pouvoirs sont les deux grands maux, les deux grands fléaux de ce monde. Supprimez-les et vous retirerez les deux seules vraies raisons pour lesquelles les hommes se battent depuis le nuit des temps. Et les guerres cesseront, et la criminalité disparaîtra, et la nature reprendra ses droits.