samedi 7 février 2015

Dans quel monde vivons-nous?

Nous sommes à l'Âge de Fer. Nous pensons que nous évoluons, mais je crois que nous régressons. D'ailleurs nous avons tendance à confondre évolution technologique avec évolution tout court. certes, notre technologie est au plus haut point, mais qu'en est-il de nous? Nous nous disons civilisés, mais le sommes-nous réellement. Et qu'est-ce que être civilisé? Je pense qu'être civilisé est d'avoir avant tout un sens des responsabilités et de respect envers les autres bien-sûr, mais aussi envers nous-mêmes. C'est également avoir conscience de ce que nous faisons et de qui nous sommes. Pour avoir conscience de ce que nous faisons, le meilleur moyen est d'imaginer les conséquences de nos actes, qu'ils soient positifs ou négatifs. 
Nous ne sommes pas civilisés, nous faisons seulement semblant de l'être. Les lois et la police nous forcent à l'être. Mais le resterions-nous si ces derniers disparaissaient? 
Nous vivons dans la dictature du mercantilisme où un homme doit payer pour se prétendre libre. Nous vivons dans la tyrannie de la modération, du politiquement correct et du doucereux générée par la paranoïa ambiante et exacerbée par les susceptibilités de chacun d'entre nous.
La nature se meure, dévorée par notre avidité à vouloir toujours plus de richesses. Enfin nos maîtres ne sont que des marchands et des usuriers qui se prennent pour des princes et dirigent les nations comme on dirige une entreprise. 
Quatre millions d'années d'évolution pour en arriver à ça? Moi, je me sens plus à l'aise de croire que nous avons dégénéré dans ce triste état.

Bienvenue dans le monde de l'Esprit / Temps



mardi 3 février 2015

Une étrange vision

En novembre 1994, je tombais gravement malade: le paludisme (voir ici pour plus de détails). Alors que j'étais mourant, j'eus une étrange vision: celle du Paradis. C'était une nuée blanche sur un fond azur et je ressentais un bienêtre délicieux dans tout mon corps. Puis je me détournais et regardais de l'autre côté: l'Enfer. Un fond noir avec des nuées rouges. Devant, flottaient des milliers de bulles oranges, rouges et jaunes. Je ressentais alors une douleur physique liée au stress causé par le désir sensuel. Une petite voix, dans ma tête, m'expliquait tout ça. 
Je suppose que les délires de la maladie m'ont fait halluciner. Mais, comme les médecins, qui me soignèrent, me dirent, j'avais vraiment frôlé la mort. Peut-être en eus-je même un aperçu?