samedi 18 juillet 2015

Religion

Qu'est-ce que c'est la religion ? Selon moi, c'est un système de croyances animé par la foi et régenté par des dogmes. Le tout géré par une organisation religieuse qui s'occupe des fidèles.

Le dictionnaire en donne cette définition : Ensemble d'actes rituels liés à la conception d'un domaine sacré distinct du profane, et destiné à mettre l"âme humaine en rapport avec dieu (Petit Robert, 1987).
S'ajoutent ensuite 4 sous-définitions :
1) Reconnaissance par l'homme d'un pouvoir supérieur que l'on respecte et auquel on se soumet.
2) Attitude particulière dans les relations avec dieu.
3) Système de croyances et de pratiques impliquant des relations avec un principe supérieur et propre à un groupe social.
4) Sentiment de respect, de vénération ou sentiment de devoir à accomplir.

Il existe une infinité de croyances religieuses, mais il en ressort trois grandes tendances :
L'animisme ou shamanisme ou croyance dans les esprits de la nature ainsi que de la vénération des ancêtres.
Le polythéisme ou l'on croit en plusieurs dieux. Il existe une variante ou l'on choisit de suivre un seul dieu parmi tant d'autres (notamment dans l'Hindouisme).
Le monothéisme avec un dieu universel qui régente l'univers et les hommes.
Le cas du bouddhisme est un cas particulier, car de philosophie athéiste (en effet, Bouddha prône l'accès au Royaume du Non-Être (ou Paradis) par l'illumination individuelle plutôt que par le biais d'un dieu), elle a régressé en un système religieux où Bouddha devient Dieu. 

Je négligerai de parler de l'animisme, dont je ne sais pas grand chose, ni même du polythéisme devenu désuet en grande partie sauf pour l'Hindouisme et que je ne maîtrise pas complètement.

Je parlerai donc du monothéisme. Les religions monothéistes ont pour origine un prophète ayant reçu une série de révélations souvent sous forme de visions insufflées par Dieu. Puis il les a transmit oralement (la plupart du temps) a des disciples qui eux même les ont donnés à d'autres et ainsi de suite (que l'on finit par mettre par écrit), de génération en génération, de manière exponentielle.

Je pense que les prophètes sont des gens ayant un niveau de conscience tel, que quand ils reçoivent leur révélations, non seulement ils les saisissent avec leur intellect, mais ils les ressentent avec leur cœur et même tout leur être. Elle leur donne alors une compréhension proche de l'Absolu qui leur permettra d'atteindre Dieu à leur mort.

Les disciples, eux, de par leur proximité au prophète, avec un niveau de conscience très élevé, mais moins que celui du prophète, atteindrons une compréhension proportionnellement moindre par rapport à celle de leur messie (et donc plus éloignée de l'absolu), même si la majorité d'entre eux seront capable de la ressentir avec leur cœur. 
A leur tour, ils passeront leur connaissance à d'autres avec un niveau de conscience généralement moins élevé à qui ils transmettrons leur savoir et ainsi de suite. Intervient automatiquement le processus du "téléphone arabe" que tout le monde connait. Pour éviter une transformation trop importante des messages originels, on les met par écrit, ainsi les dogmes naissent : l'interprétation intellectuelle de la révélation sans le ressenti du cœur (pour la vaste majorité, sauf pour les saints, peut-être). La religion devient ensuite affaire d'organisation et de hiérarchisation dans la propagation de la foi.

Il existe pourtant un facteur important de comment une religion évolue. Selon moi, la religion n'évolue pas mais régresse. Les messies sont rares et leur compréhension du monde diverge d'avec celle d'un être humain ordinaire (ayant un niveau de conscience moins élevé). Ce qui fausse donc ce savoir, c'est l'interprétation que chacun en fait et comment il fait passer le message (l'incapacité de répéter ce que nous comprenons à cause d'une mauvaise grammaire combiné à un manque de vocabulaire juste). Mais il existe un autre problème : la vénération. 

A la base quels sont les messages des prophètes ? Voici où vous êtes maintenant, et voilà où je veux vous emmener. En d'autres termes, vous êtes dans un état d'esprit décrépit (plein de mauvaises passions) et si vous voulez vous en sortir pour vous joindre à Dieu (ou atteindre l'illumination, pour un Bouddhiste) voici les démarches à suivre. 
Je dirais que ces textes religieux sont grossièrement comme des guides touristiques : c'est là que vous êtes et pour aller là voici le chemin a suivre. Voyez ceci, évitez cela, attention à votre comportement et ainsi de suite. Et nous, au lieu de suivre la voie indiquée, nous avons choisit de déifier l'auteur et de le vénérer. Nous sommes un peu comme l'idiot qui, quand quelqu'un montre du doigt, regarde ce doigt plutôt que ce qu'il montre. 
Enfin nous avons tendance à confondre religion avec organisations religieuses (officielles comme officieuses). Si la religion est la communion de l'esprit avec dieu, les organisations religieuses sont des intermédiaires souvent bien inutiles. Ils possèdent certes un savoir que nous n'avons pas, mais l'utilisent plus pour leur profit que pour le bénéfice de leurs ouailles. 

mercredi 1 juillet 2015

Réalité


Qu'est-ce que la réalité ? Je pense qu'il y a autant de réalités qu'il existe d'être vivants dans ce monde.

Je vais donner un exemple. Je lisais une histoire qui racontait qu'il y avait une fille qui était possédée par un esprit. Elle, son père et un exorciste en étaient persuadés. D'un autre côté, un docteur affirmait que la fille n'était pas possédée mais se créait elle-même un autre personnage dont elle croyait qu'il la  possédait, en bref qu'elle était schizophrène.

A votre avis lequel des deux parties avait raison? Difficile à dire. 
Les premiers offrent une approche spirituelle de la question en y introduisant un monde d'esprits et donc de dieux, de démons, d'enfer, de paradis et ainsi de suite. 
Le docteur offre une approche matérialiste (et donc rationnelle) montrant le pouvoir de l'esprit capable de se duper soi-même. 

Deux approches différentes pour deux manières de percevoir le monde et donc de le comprendre pour en concevoir et expliquer sa réalité. Cette réalité, nous la forgeons en fonction de notre perception et de notre compréhension de nous même (nos capacités et nos limites) par rapport à cet univers qui nous entoure ainsi que de nos aspirations qui en découlent. 
Cette compréhension est basée, entre autre, sur nos sens, notre éducation, notre niveau de conscience (le degré d'intelligence combiné au cœur et aux émotions, qui forment notre état d'esprit) et de la force (ou faiblesse) de notre personnalité (qui émane en partie de notre réactivité, en partie de notre créativité, notre détermination et ainsi de suite). On peut dire que la réalité est ce qu'on en fait.

Qu'en est-il de la réalité objective ?  Il y a d'abord une réalité mondiale perçu par la grande majorité d'entre nous, régie par un niveau de conscience collectif plus ou moins homogène. 
Il existe ensuite des réalités nationales divergentes, insufflées en grande partie par l'éducation et les propagandes (Les Russes voient-il la même réalité que les Occidentaux ou que les Chinois ? par exemple), enfin des réalités régionales promues par les traditions ancestrales.  
Mais pour une réalité objective totale, il faudrait qu'il existe un être avec un esprit entièrement objectif (si un tel être existe), pour qu'il puisse nous la montrer.