dimanche 25 octobre 2015

Perfection



Qu'est-ce que la perfection? Voilà ce qu'en dit le dictionnaire: Degré le plus haut dans une échelle de valeur (Petit Robert 1978).
Mais, y-a-t-il quelqu'un qui sache ce qu'est la perfection? Non! Chacun voit la perfection en fonction de sa propre échelle de valeur. On peut donc ainsi dire, qu'il y a autant de perfection qu'il y a d'êtres humains. 
Certes, beaucoup d'hommes (et de femmes) partagent les mêmes idéaux et donc ont un sens commun de la perfection, mais ces idéaux diffèrent d'une culture à l'autre et, au bout du compte, la perfection absolue n'est qu'une chimère.

Les perfectionnistes et les puristes  devraient se souvenir que ce qu'il recherchent n'est lié qu'à leur échelle de valeur, que celle-ci peut changer au gré des évolutions particulières et, pour les plus tyranniques d'entre eux, vouloir l'imposer aux autres n'est que l'expression de leur orgueil. 

samedi 10 octobre 2015

Illusion




Je crois que le monde dans lequel nous vivons est illusoire. C'est à dire dans le sens de l'empirisme et même dans celui des bouddhistes.
L'empirisme c'est une vision de ce qui nous entoure à travers l'expérience et l'interprétation, plutôt que sur les faits scientifiques. Le bouddhisme parle de la voie du milieu, où l'on navigue entre le bien et le mal. Mais il y a aussi un discours que Bouddha a tenu devant ses plus proches disciples ou il leur a expliqué que notre univers et que notre existence individuelle ne sont que des illusions.  
Le film Matrix en parle dans un passage où Morpheus explique à Neo, le héros, comment ce monde, dans lequel ils sont, n'a aucune existence. Ce qu'ils voient, entendent, goûtent, sentent, touchent et ressentent, tout cela n'est que le fruit de la Matrix, un ordinateur qui fait croire aux hommes qu'ils y vivent librement, alors qu'en réalité, ils sont dans de petites alcôves et servent de piles aux machines. Puis, il lui donne le choix : il lui présente une pilule bleue qui, s'il la prend, lui fera tout oublier et le rendra à sa vie d'avant ou bien une pilule rouge qui le libéra de l'emprise de la Matrix.
 A la différence du film, nous sommes la Matrix. C'est nous qui nous créons ce monde illusoire par notre volonté et nos croyances, au travers de nos cinq sens, de notre esprit, de notre mémoire et pour quelques uns d'entre-nous, de notre intuition. Et il n'y a pas de pilule rouge pour nous sortir de cet état de prisonnier de notre illusion. Pour nous en évader, il existe des religions, des prophètes, des illuminés (des vrais), des bouddhas qui nous montrent notre emprisonnement dans cette illusion et les méthodes telles, entre autre, le yoga ou la méditation pour en sortir.
Voilà pour la partie intérieure. 
Qu'est-ce qui contribue extérieurement à l'illusion? Je dirais que c'est le passage éphémère des êtres et des choses dans cet univers d'impermanence où tout naît, tout vit et tout meure pour disparaître à tout jamais sans laisser de traces. Car même si on en laisse, elles finissent par graduellement disparaître avec le temps.
Imaginez une soupe épaisse ou des êtres tentent de prendre forme façonnant leur environnement puis disparaissant de nouveau dans l'épais liquide, leur façonnage restant un peu plus longtemps, mais s'effaçant petit à petit.
Qui se souvient de Petit Pierre, paysan ayant vécu au moyen-âge? Personne! Et pour cause, si cet anonyme à laissé des traces, elles ont été inondées par des milliers d'autres laissés par des anonymes comme lui. A sa mort seuls ses proches se sont souvenus de lui et ensuite, quand ils sont eux-mêmes morts, il a sombré dans le grand gouffre de l'oubli. Pourra-t-on dire qu'il a même existé, si aucune trace de son existence ne l'atteste ?
Parlons des personnages célèbres. Ah! mais là c'est indéniable, diront certains, il y a bien des traces et même des témoignage qui prouvent leur existence. Encore que... Jusqu'à il y a un certain temps, on doutait de celle de Socrate.
Parlons de la dynastie des Mérovingiens. Qui se souvient d'eux à part quelques spécialistes ou des érudits d'histoire ? Pas grand monde. Peu à peu, les existences de tous ses rois tomberont aussi dans le gouffre de l'oubli.
Les Pays et les empires alors? J'ai regardé sur Arte  (chaîne franco-allemande), il y a quelques années de cela, un documentaire sur une civilisation qui fleurit en Iran, il y a quelque millénaires de cela et dont on ne connaît pas le nom, ni même le peuple qui l'a habité et donc les dynasties qui y ont régné. On avait découvert des traces de son existence par hasard (comme beaucoup de découvertes). Elle faisait la jonction entre les cités-états sumériennes et la civilisation harappéenne de l’Indus. 

Finalement ces empires, qui naissent, vivent et meurent, deviennent des cadavres dont les ruines qu'ils ont laissés sont comme les os du squelette ayant été mangés par les pilleurs en tous genres ou par d'autres civilisations qui se sont bâties sur leurs cendres. Elles finissent, elles aussi, par disparaître complètement dans le gouffre de l'oubli ne subsistant que dans les contes et légendes, eux-mêmes accusées de n'être que les délires de nos naïfs ancêtres.

Tout, donc s’efface et finit par disparaître. Et c'est le caractère éphémère et impermanent de ce monde qui alimente l'illusion.